Marina CAVAZZANA

M.D., Ph.D. professeur d’hématologie à l’Université Paris-Descartes, chef du département de Biothérapie et du Centre d’Investigation Clinique de biothérapie de l’Hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP et co-directrice du laboratoire de Lymphohématopoïèse humaine Inserm à l’Institut des maladies génétiques Imagine, Paris, France.

Spécialiste mondiale de la thérapie génique, elle a reçu en 2016 le Prix de l’Académie de Médecine pour l’ensemble de ses travaux.

Touchant 7% de la population mondiale, la drépanocytose est une maladie génétique grave qui altère la forme des globules rouges et perturbe le transport de l’oxygène vers tous les organes. Quant au Sida qu’on ne présente plus, 37 millions de personnes dans le monde vivent actuellement avec le VIH.

Pour l’une comme pour l’autre de ces deux maladies, les espoirs de guérison reposent sur la capacité à corriger ou modifier l’information génétique à l’intérieur même de la cellule cible.

Le Professeur MARINA CAvAZZANA nous explique comment retourner le virus du VIH au bénéfice des patients, pour en faire un véhicule capable de déposer l’information génétique thérapeutique à l’intérieur de la cellule.