Jean-François Bach

◉ Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, membre de l’Académie de médecine, Jean-François Bach se situe au carrefour des sciences biologiques et médicales. Il le prouve en remettant quelques pendules à l’heure. Il nous démontre par exemple que contrairement à ce que pourraient nous faire croire les emballements médiatiques, la nature impose toujours sa loi. En ne dépassant pas les 105 ans, l’âge buttoir de la vie n’a pas augmenté clairement au cours des siècles même si les avancées de la science ont augmenté notre espérance de vie et notre bien-être.

Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, membre de l’Académie de médecine, Jean-François Bach reprend la parole sur la longévité après qu’Emeline Bayart nous ait narré ses chagrins imaginaires et ses tentatives de suicide délirantes…

Vivrons-nous jusqu’à 120 ans, 140 ans, ou plus comme l’annoncent les transhumanistes ? Pour le moment, sauf révolution en la matière, il semble qu’une barrière physiologique existe aux alentours de 105 ans.

Les enquêtes sur la longévité réservent d’autres surprises. Par exemple, la longévité n’a pas changé du paléolithique jusqu’au début du XVIIIe siècle. C’est ensuite seulement qu’elle a fait un bond en avant ! Et qu’en est-il des un ou deux mois d’espérance de vie supplémentaires que nous gagnons tous les ans ? « C’est encore à peu près vrai, mais rien ne laisse penser que cela va continuer indéfiniment ».

Alors que faire ? Des expériences ont été tentées sur l’animal : la mouche, la souris, le ver de terre. Parmi les pistes explorées, l’ablation des cellules de la reproduction et les régimes de restriction calorique… À ce prix, on peut augmenter l’espérance de vie de 20 %. mais n’est-ce pas un peu cher payé ? « La bonne nouvelle est qu’on est train d’amener la quasi  totalité de la population vers l’âge butoir de 105 ans ». Ce n’est déjà pas si mal !

La bonne nouvelle est qu’on est train d’amener la quasi  totalité de la population vers l’âge butoir de 105 ans.