Sélectionner une page

Thomas Landrain

◉ La science souffre de rigidité académique alors que le meilleur moyen de résoudre un problème est de faire appel à ses voisins. C’est dans cet esprit ouvert et participatif que Thomais Landrain, ancien étudiant de l’École normale supérieure et doctorant en biologie synthétique, lance La Paillasse. Ce laboratoire ouvert mélange la culture des makers et hackers à la science. Il accueille des projets scientifiques et entrepreneuriaux mêlant biologie, design, chimie, électronique, intelligence artificielle, art ou même textile. Le défi est de faire naître de nouvelles pratiques de recherche et d’innovation.

Zéro euro. Qui dit mieux ? C’est le prix de l’équipement du laboratoire monté par Thomas Landrain, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure et doctorant en biologie synthétique.
Il y a quatre ans, avec un groupe d’amis, une feuille blanche et quelques idées, il imagine ce que pourrait être le laboratoire du XXIe siècle. Et le projet va se mettre en place. « On est allés dans un squat d’artistes, on a récupéré tout le matériel jeté par les labos. Notre labo s’est vite trouvé mieux équipé que mon propre laboratoire de thèse… » Parce qu’il était ouvert, le projet a attiré de nombreux candidats. Pas seulement des biologistes, mais aussi des ingénieurs, des informaticiens, des chimistes, et autres compétences : électronicien, juriste, artiste, designer… Une véritable communauté, riche de sa diversité, s’est créée, la créativité a été foisonnante au point qu’en trois ans une cinquantaine de projets a pu se monter : écographie et tests génétiques low-cost, matériaux biodégradables, etc.
Cerise sur le gâteau : le laboratoire a concouru pour un appel à projet de la NASA… et a été retenu ! « Nous avons prouvé que nous avions autant de légitimité que n’importe quel laboratoire ». Une histoire qui rappelle la légende de Steve Job dans son garage !

Nous sommes allés dans un squat d’artistes, on a récupéré tout le matériel jeté par les labos. Notre labo s’est vite trouvé mieux équipé que mon propre laboratoire de thèse.