Sélectionner une page

Laurent Levy

◉ Il voit grand avec de l’infiniment petit. Docteur en physique-chimie spécialisé dans les nanomatériaux, Laurent est cofondateur de Nanobiotix. Cette start-up créée en 2003 et cotée depuis 2012 fait partie des pionniers mondiaux en nanomédecine. L’échelle nanométrique est celle des possibles, un changement de paradigme qui fait envisager autrement les solutions thérapeutiques et le diagnostic.

Avec Laurent Levy, nous voilà dans le monde de l’infiniment petit, du nanomédicament. Nous ne changeons pas seulement de dimension mais aussi de paradigme. Et pour illustrer son propos, ce docteur en physique chimie, cofondateur de Nanobiotix nous renvoie à… Henri Ford ! Pourquoi ? Parce que Ford a tout compris de la manière dont surviennent les révolutions techniques.

« Si je n’avais écouté que mes clients, j’aurais inventé un cheval plus rapide » expliquait Ford. Mais Ford a inventé la voiture ! Comme Ford, Laurent Levy propose de changer de perspective. En quelques mots simples, il nous permet de saisir le sens de la révolution nano. La recherche biomédicale classique va de plus en plus loin dans la compréhension des processus biologiques qui gouvernent nos cellules et dans la mise au point d’une médecine personnalisée. Avec les nanoparticules, on change de monde. On sort de la chimie pour entrer de plain pied dans le monde de la physique. Et on sort du traitement personnalisé pour… un traitement qui marche pour tous !

Un exemple ? Les sarcomes des tissus mous. On les traite par radiothérapie. Mais comment augmenter la dose sans léser les tissus sains traversés ? Les nanotechnologies apportent la solution. Le médecin injecte des nanoparticules d’oxyde d’hafnium (HfO2) en suspension dans un liquide. « Ses propriétés physiques lui permettent d ‘émettre des quantités très importantes d’électrons lors de l’exposition aux rayons X, ce qui amplifie considérablement la dose d’énergie létale dans les cellules » et permet donc de mieux détruire la tumeur ». Ce nanomédicament est actuellement en phase d’essais cliniques, il devrait arriver fin 2016 à l’hôpital. Une cinquantaine de médicaments nano sont utilisés aujourd’hui, environ 200 sont en essais thérapeutiques. Et ce n’est que le début !

Avec les nanoparticules, on change de monde. On sort de la chimie pour entrer de plain pied dans le monde de la physique. Et on sort du traitement personnalisé pour… un traitement qui marche pour tous !