Hervé Chneiweiss

Neurobiologiste et neurologue, directeur de recherches au CNRS et consultant en neurooncologie à la Salpétrière Il anime l’équipe « Plasticité Gliale » et est directeur du laboratoire Neuroscience Paris Seine-IBPS (Inserm/CNRS/UPMC) à Paris-Jussieu.

Son équipe étudie les mécanismes liant la plasticité de l’identité de la principale population de cellules du système nerveux, les cellules gliales, au développement des tumeurs cérébrales. Les découvertes récentes de l’équipe ouvre des voies originales de compréhensiuon des gliomes et de leur ciblage thérapeutique.

Hervé Chneiweiss a été rédacteur en chef de la revue Médecine/Sciences de 2006 à 2016. Il est président du comité d’éthique de l’Inserm, membre du comité consultatif national d’éthique (CCNE) et du comité international de bioéthique (CIB) de l’UNESCO. Il a publié plus de 130 articles scientifiques ainsi que des ouvrages destinés à un public plus large comme Neuroscience et Neuroéthique  (Alvik 2006) et L’homme réparé (Plon 2012).

Médecin et chercheur en neurosciences, HERVÉ CHNEIWEISS étudie les questions éthiques que soulèvent les progrès de la recherche.
Il s’est donc naturellement penché sur CRISPR- Cas 9, cette technique qui permet de couper l’ADN à l’endroit voulu et modifier le génome d’une cellule.

De nombreux laboratoires à travers le monde l’utilisent déjà sur des plantes et sur des animaux, et des essais cliniques chez l’homme commencent.

Quelles sont les questions éthiques soulevées par cette technologie ? Comment encadrer l’usage de ces ciseaux moléculaires dont le potentiel est vertigineux ?