Jean-Gabriel GANASCIA

Professeur d’informatique à l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), membre senior de l’Institut Universitaire de France, membre de la CERNA (Commission de réflexion sur l’éthique des recherche s dans les sciences du numérique d’Allisten), EurAI (European Association for Artificial Intelligence) fellow et président du COMETS (comité d’éthique du CNRS).

Il poursuit ses recherches sur l’intelligence artificielle au LIP6 (Laboratoire d’Informatique de l’université Paris 6) où il dirige l’équipe ACASA (Agents Cognitifs et Apprentissage Symbolique Automatique). Il est aussi directeur adjoint du laboratoire d’excellence (Labex) OBVIL au sein duquel les équipes de littérature de l’université Paris-Sorbonne coopèrent avec les informaticiens de l’UPMC sur le versant littéraire des humanités numériques.

Le mythe de la Singularité : faut-il craindre l’intelligence artificielle ?, éditions du Seuil, 2017
L’intelligence artificielle : vers une domination programmée ?, éditions du Cavalier Bleu, 2017.

Chercheur en intelligence artificielle, JEAN-GABRIEL GANASCIA est attentif aux promesses futuristes relayées dans les médias.
Après avoir voulu coloniser Mars, le milliardaire sud-africain Elon Musk a annoncé il y a quelques mois qu’il souhaitait améliorer le cerveau humain en le reliant à un ordinateur.

Lancée durant l’été 2016, sa société Neuralink cherche ainsi à créer une interface homme-machine capable de renforcer nos capacités cognitives en agissant directement sur notre cerveau.

Sommes-nous en passe de devenir des cyborgs ?
Et surtout quelles seraient les implications éthiques et les conséquences sociétales d’un tel projet ?