Sélectionner une page

Laurence Devillers

◉ Pouvons‐nous aimer un robot ? Si aimer est un grand mot, Laurence Devillers pense qu’il est possible d’éprouver des émotions en face de n’importe quel objet. Cette professeure à la Sorbonne, docteure en informatique et chercheur au CNRS est spécialiste des interactions homme-robot. Elle développe un système informatique qui permet à un robot de reconnaître des émotions et d’adapter son comportement en conséquence. Elle étudie aussi la manière dont les robots peuvent aider les anciens.

Le numérique partenaire de la médecine ? Mais aussi la robotique. À peine le Pr Sicard a-t-il quitté la scène, qu’une spécialiste vient nous parler de ces êtres étranges qu’elle façonne au quotidien : les robots.

Docteur en informatique, chercheur au CNRS, Laurence Devillers explore les interactions entre les hommes et les robots. Notamment les robots dits émotionnels, équipés d’algorithmes leur permettant de décrypter l’émotion exprimée par un être humain en analysant sa prosodie, ses intonations, ses mimiques faciales. Alors le robot s’adapte, il interagit. Ceux que l’on appelle les robots compagnons sont destinés notamment à accompagner les enfants autistes ou les personnes âgées. Leur potentiel est immense.

Les questions éthiques ne sont pas moindres. Tout comme les questions sociologiques liées à cette coévolution de l’homme et du robot. Car si le robot s’adapte à l’homme, l’homme s’adapte aussi au robot. Enfin, le robot reste asservi à son algorithme, il n’est pas destiné à s’émanciper.
Et comme le souligne Laurence Devillers : « les robots, on peut les éteindre !

Si le robot s’adapte à l’homme, l’homme s’adapte aussi au robot. Enfin, le robot reste asservi à son algorithme, il n’est pas destiné à s’émanciper.