Didier Raoult

◉ Spécialiste des maladies infectieuses, il a créé la plus grande équipe de recherche de ce domaine. Ce découvreur de microbes a trouvé un mini virus qui a les caractéristiques d’un virus géant ou Spoutnik, un autre géant capable d’en infecter un autre pour survivre. Ce professeur de microbiologie sort la tête de ses éprouvettes pour s’inscrire en faux contre des théories acceptées par la majorité du corps médical. Boire une dose d’alcool, manger cinq fruits et légumes, vaccins, mécanismes des épidémies… Dans son dernier livre, il nous aide à démêler le faux du vrai.

Retour vers l’infiniment petit… Être à son domicile, c’est précisément être éloigné des maladies nosocomiales qui sévissent à l’hôpital. Pour parler des microbes et des virus, un grand expert, Didier Raoult, découvreur de différents microbes et même d’un mini virus. Il nous explique que des micros organismes, nous ne connaissons rien ou presque. Tout est à découvrir. « Nous pensons qu’il existe 1 000 milliards d’espèces de microbes. Nous en connaissons seulement 15 à 20 000.
Pour les virus, il en existe 100 ou 1 000 fois plus, donc la marge d’apprentissage est immense. Et si l’on regarde les séquences d’acides nucléiques, le monde est encore plus gigantesque ».

C’est précisément au croisement de ces deux mondes, celui des germes potentiellement pathogènes et celui de la susceptibilité génétique que se place Didier Raoult. On le sait aujourd’hui, la susceptibilité aux infections est en partie d’origine génétique. Cette découverte met à mal bien des concepts véhiculés sur le sujet. Autre domaine où notre ignorance se révèle majeure : les mécanismes de contagion. « On a beaucoup parlé du SRAS cette année, car on s’est rendu compte que les modèles de contagion de la grippe ne s’appliquent pas à ce virus. Avec le SRAS, on peut être contaminé à 100 mètres ! »
Pasteur a révolutionné la médecine en découvrant les germes. Si tant de choses ont changé depuis, de nombreuses certitudes continuent de circuler. L’évolution de nos connaissances se heurte à l’aveuglement lié aux théories anciennes. Et parmi ces croyances celle selon laquelle les microbes ne transmettent que des maladies infectieuses.
Or on le sait aujourd’hui de nombreuses maladies chroniques sont dues à des micro-organismes. Des cancers aussi. Pas moins de 25 types de tumeurs sont d’origine infectieuse. « On ne peut plus séparer les maladies infectieuses des non-infectieuses ». Mais le plus fabuleux est la possibilité de guérir grâce à des microbes. « On peut soigner des maladies du côlon en faisant des greffes fécales ».

Nous pensons qu’il existe 1 000 milliards d’espèces de microbes. Nous en connaissons seulement 15 à 20 000.
Pour les virus, il en existe 100 ou 1 000 fois plus, donc la marge d’apprentissage est immense.