Philippe DAMIER

Je décide… C’est mon cerveau.

« Vous aimez les jeux, je vous en propose un. » Pour comprendre comment fonctionnent nos processus de décision, Philippe Damier professeur de neurologie au CHU de Nantes, nous soumet à un test. Nous devons choisir entre un gain certain de 800 euros et un gain probable (90 %) de 1000 euros. Bingo, la majorité de la salle confirme sa théorie : l’homo sapiens n’est pas rationnel. Il aurait logiquement dû maximiser son gain (option 2) il a opté pour la sécurité. Si on change les paramètres et qu’on propose, non plus de gagner mais de perdre 800 ou 1000 euros, notre cerveau est encore plus troublé avant de prendre sa décision. Et pour cause.

Quand nous faisons un calcul rationnel nous activons, l’avant du cerveau, le lobe frontal,… ainsi qu’une petite zone en arrière du cerveau spécialisée dans la gestion des nombres. Mais dans la plupart de nos décisions un autre « pilote automatique » est à la manœuvre niché au sein des systèmes liés au émotions… S’il anticipe un gain, le stratum ventral va secréter de la dopamine, s’il anticipe une perte ou une peur ce sont les amygdales (celles qui sont derrière les orbites oculaires pas celles de notre gorge !) qui s’activent, ainsi qu’une zone appelée l’insula.

Autre observation : le poids des émotions négatives est toujours plus fort que celui les émotions positives. Pour en comprendre la raison, revenons 10 000 ans en arrière. Nos lointains ancêtres se promènent dans la savane en quête de nourriture…. Et voilà qu’ils aperçoivent un beau buisson couvert de fruits appétissants. Mais un bruit dans le buisson suggère qu’un tigre s’y dissimule…. « Il y a deux erreurs possibles : penser qu’il y a un tigre alors qu’il n’y en a pas, ce qui va amener à rester à jeun un peu plus longtemps. Ou penser qu’il n’y a pas de tigre alors qu’en réalité il y en a un. Ceux qui ont commis cette seconde erreur n’ont pas transmis leurs gènes » conclut le Pr Damier.

Tout cela est bien beau mais au final, peut-on, gérer ce pilote automatique de manière optimisée ?Oui, à condition de respecter plusieurs critères : s’octroyer le temps de la réflexion, être en forme au moment où on prend sa décision, se couper des perturbateurs attentionnels (mails, texto, bruit) et enfin, écrire sa décision en notant noir sur blanc les avantages et les inconvénients. Quant à ceux qui ont décidé de consacrer leur journée à S3Odéon, assurément, ils ont pris une bonne décision