Suzette DELALOGE

Cancer du sein : La prévention n’est pas rose dans notre pays.

« Difficile de passer après Boris Cyrulnik » constate Suzette Delaloge, cancérologue à l’Institut Gustave Roussy (IGR), au moment de monter sur scène. La nouvelle qu’elle annonce est pourtant un remarquable espoir pour toutes les femmes : dans un proche avenir il sera possible d’ « intercepter le cancer avant qu’il arrive ».
Les progrès de la médecine ont considérablement accru notre qualité et notre « quantité » de vie. « Mais le doublement de l’espérance de vie nous a rendu très vulnérables au cancer ».
Plus notre existence est longue, plus notre ADN, soumis aux vicissitudes de l’environnement risque de porter de mutations et donc d’induire des tumeurs.

Alors que faire ? Améliorer la prévention ! Le cancer du sein touche aujourd’hui une femme sur 9. Les grandes campagnes de dépistage existent mais ciblent-elles les bonnes personnes ? Mis au point par les équipes du Dr Delaloge, MammoRisk®, un algorithme basé sur l’analyse par IA de grandes bases de données associant scores de risque, biomarqueurs, génétique vise à identifier les femmes les plus susceptibles de développer une tumeur mammaire. Il conviendrait de proposer à ces femmes un dépistage adapté. On sait aujourd’hui détecter certains cancers à partir de l’analyse de quelques cellules prélevées dans les urines ou dans l’air expiré. « La sensibilité et la spécificités de ces examens ne sont pas mauvaises aujourd’hui, elles seront demain excellentes. »

Comme tout progrès, celui-ci a son revers. Les meilleures intentions peuvent aboutir aux pires dystopies, comme dans le film Minority Report, rappelle le Dr Delaloge. « II ne faut pas qu’un personne identifiée à haut risque de cancer soit stigmatisée et écartée. Elle ne doit pas être considérée comme une personne malade. Elle doit rester une personne saine, chez qui on a révélé une probabilité élevée de développer une tumeur et à qui on propose de tout faire pour éviter que se développe un cancer.» La prévention est un enjeu majeur…. Mais elle ne peut se passer de solidarité.