Échanges patients

Si la maison de retraite semble souvent manquer d’humanité, l’hôpital aussi ! Comme en témoigne JULIEN ARTU. « En septembre 2011, à la sortie d’une soirée, au lieu d’y rencontrer le grand amour comme je l’espérais, j’ai fait la rencontre en voiture d’un pilier
de pont ».
Julien se retrouve hospitalisé pendant six mois dont trois mois alité, le bassin brisé. Les visites des amis et de la famille se font rares. Accro aux réseaux sociaux, Julien essaye de rester en contact avec le monde ex- térieur, sans grand succès… Même sa page Facebook reste par trop silencieuse. Quant au voisin de chambre qui lui a été affecté de façon tout à fait aléatoire, les re- lations avec lui ne sont pas excellentes. « Je me suis dit, si ça se trouve, juste derrière, dans la chambre d’à côté ou en dessous, il y a quelqu’un qui partage les mêmes passions que moi et qui le dimanche après-midi pour- rait venir regarder la Formule 1 avec moi. »
Julien surfe sur le Net, à la recherche de solutions pour entrer en contact avec d’autres patients. « Il n’y avait pas de solution, j’en ai créé une ». Il met sur pied le réseau social My Hospi Friends permettant aux pa- tients de se connecter et de se rencontrer selon leurs centres d’intérêts.
Ce système est disponible dans une vingtaine d’éta- blissements, il y en aura cinquante en octobre. Et cela vaut vraiment le coup, car « j’ai rencontré des gens fabuleux à l’hôpital ».

Catégorie

Société

INTERVENANTS

Julien ARTU 

THÉMES

Relation patient (OK)

ANNÉE

2015